Rakjah

Interview de l'auteur

Pseudonyme : Rakjah
Date et lieu de naissance : né en 1990 à Villeneuve d’ascq
Lieu de vie : Carquefou
Métier : Auteur de BD
Réseaux sociauxhttps://www.facebook.com/rakjahdrawingshttp://rakjah.deviantart.comhttp://rakjah.tumblr.com

Pourriez-vous vous présenter, en quelques mots ?

Bonjour, bonjour, je suis Rakjah, illustrateur et auteur de BD. J’adore les univers fantastiques, fantasy, SF et en général tout ce qui sort de l’ordinaire. Je suis un ermite qui reste chez lui à travailler sans sortir et se nourrit de carrés de chocolat en regardant des let’s play de jeux. Pour moi toute image doit transmettre une émotion, c’est l’essentiel !

Une phrase qui vous caractérise

Ne vous fiez pas aux apparences, elles sont souvent trompeuses.

Quel est votre parcours ?

J’ai fait un BAC S avec option Arts plastiques. Puis j’ai suivi le cursus Jeux-vidéos à l’école Emile Cohl dont je suis sorti diplômé en 2014. J’ai travaillé pendant trois mois sur le jeu Criminal Case chez Pretty Simple Games et un peu comme coloriste en BD.

Quelles sont vos influences artistiques ?

Euh, tout ? C’est une question très difficile. Je passe une bonne partie de mon temps à liker des images et illustrations diverses et variées. J’ai des périodes où je préfère certains artistes avant d’en trouver d’autres qui me parlent plus ou ont une technique qui m’interpelle… Bref, ça change tout le temps ! Sans parler des influences comme le cinéma et les séries ou encore les romans.
Pour n’en citer que quelques-uns qui sont vraiment marquants : Phobs, Nesskain, Elk64, Seventypercentethanol, Takeshi Obata, Orpheelin, Entrepreunarial (ou heyspace), Ulvar, Kawacy, Lilly, KhaosKai ou encore Therese Larsson.

Quel est votre style, comment le décririez-vous ? À quoi le reconnaît-on ?

Très difficile question ! Je dirais que j’ai un style semi-réaliste mêlant des influences manga et comics (bien que je n’ai dû lire que trois ou quatre comics dans ma vie). Pour la partie dessin, je suis sur des choses très carrées, structurées et masculines. Pour moi, le dessin est important, tous les détails dont j’ai besoin doivent y figurer, on doit sentir le volume, la matière, la structure des choses, donc j’y passe du temps. Pour la couleur, je reste sur un registre assez réaliste, bien que je tente de temps en temps de changer. A l’inverse de mon dessin, ma colo est très simple, je vais directement à l’essentiel, tous les détails que je veux sont présents dans le dessin déjà. Bref, tout ça donne un style assez sombre, efficace et expressif.

Un visuel qui vous définit ?

Ce visuel me définit bien. C’est la seule illustration que je possède et dont je ne me lasse pas malgré le temps qui passe. Bien qu’elle date de 2011. Raison pour laquelle elle me sert d’avatar un peu partout, même si elle n’est pas du tout représentative de mon travail actuel.

Oeuvre(s) chez Editions SYEL

« Nihasa » : Thriller fantastique en collaboration avec Nicolas Antona (scénariste). Il s’agit d’une trilogie.

Deux corps sont découverts à un jour d’intervalle, l’un en Arizona, l’autre à Manhattan. Tous deux sont morts d’une balle dans le cœur, la main droite sectionnée et emportée et un étrange papier dans leur chaussure sur lequel est inscrit « nihasa » en lettres de sang. Morrisson, vieil inspecteur désabusé proche de la retraite et Mitchell, jeune agent du FBI promis à une belle carrière devront faire équipe pour retrouver le meurtrier avant qu’il ne frappe encore. Du désert de l’Arizona jusqu’aux buildings de Manhattan en passant par le bayou, les deux enquêteurs remonteront la piste jusque dans les plus hautes sphères de l’état. Le rite de Nihasa est lancé, une vieille vengeance est en marche, les deux inspecteurs arriveront-ils à les arrêter à temps ?