Nicolas Antona

Interview de l'auteur

Nom : Antona
Prénom : Nicolas
Date et lieu de naissance : 23 juillet 1974 à Ajaccio 
Lieu de vie : Carrières sur Seine 
Métier : Enseignant
Réseaux sociauxhttps://www.facebook.com/nicolas.antona

Pourriez-vous vous présenter, en quelques mots ? 

Passionné de bande dessinée mais ne sachant pas manier les crayons avec talent, j'ai préféré me tourner du côté de l'écriture. J'ai eu la chance d'être édité pour mon premier projet "La tristesse de l'éléphant " aux éditions des enfants rouges et par la suite deux projets se concrétisent aux Editions SYEL : "Nihasa" et "Prima Mater". Écrire, créer des histoires et divertir le public voilà ce qui me plaît.

Une phrase qui vous caractérise

L'imagination gouverne le monde
Napoléon Bonaparte

Quel est votre parcours ?

Maîtrise en langues étrangères.
Enseignant en espagnol en collège et lycée. 

Quelles sont vos influences artistiques ?

De Patrick Cothias et André Juillard pour "les 7 vies de l'épervier"  en passant par Hugo Pratt, Chris Claremont, Xavier Dorison jusqu'au génialissime Alan Moore !

Quel est votre style, comment le décririez vous ? A quoi le reconnaît-on ?

J'adore passer du récit intimiste, cf ma premier bd "la tristesse de l'éléphant" (éditions des enfants rouges) aux polars ("Nihasa" chez Editions SYEL) et au fantastique /ésotérique  ("Prima Mater" chez Editions SYEL). 

J'essaie d'écrire les histoires que j'aimerais lire, faire passer des émotions, surprendre le lecteur mais surtout le divertir! 

Oeuvre(s) chez Editions SYEL

« Nihasa » : thriller ésotérique mêlant légendes amérindiennes et coulisses du pouvoir américain. Deux enquêteurs aidés d'un vieux shaman Papago devront démêler les fils d'une sombre affaire. 
Avec Camille "Rakjah" aux dessins.

« Prima Mater » : elles sont là, près de nous. Elles ont été oubliées,  moquées, mais maintenant que le sceau qui bridait leur pouvoir s'affaiblit, elles comptent bien reprendre leur place dans le monde... Quel qu'en soit le prix... Elles reviennent, les sorcières.
Avec Chiara Di Francia aux dessins.