09
Octobre
2017

Un chasseur sachant chasser...

Bonjour Roxane et Sébastien, vous signez tous deux un nouvel ouvrage aux Éditions SYEL : « La Leçon de Diction ».

Roxane, pouvez-vous nous résumer rapidement cette « Leçon de Diction » ?

Ali Gator vit dans une famille célèbre. 

Pas facile pour un petit de trouver sa place dans un tel environnement.

D'autant qu'Ali a un problème : il bégaie.

Pas tout le temps. 

Seulement quand il est stressé.

Ce qui ne manque pas de lui causer quelques tracas.

Mais Ali Gator n'est pas du genre à baisser les bras.

Hara-Kiri, le perroquet se propose alors de l'aider...

Quel message avez-vous voulu faire passer à travers l’histoire d’Ali ?

Nous vivons dans une société très compétitive (ce que je déplore) où il n'est pas toujours évident de trouver ses marques. Ali-Gator en fait les frais. Mais il est décidé à trouver une solution à son problème. Ce qu'il n'a pas compris au départ, c'est que son soi-disant "défaut" fait aussi son charme et est apprécié d'une certaine petite personne qui ne lui est pas indifférent. Il le découvrira à la toute fin.

Le choix du Caïman a-t-il une signification particulière ?

Le choix de Caïmane s'est imposé naturellement. Je trouvais que le mot caïman sonnait bien au féminin en y ajoutant un "e". Et de la sorte, on restait dans l'univers des reptiles.

Racontez-nous comment a démarré votre collaboration avec Sébastien ?

Je pense que nous avons des univers qui collent bien ensemble. Que ce soit dans le texte ou dans les illustrations, il y a beaucoup d'humour qui s'en dégage. C'était comme une évidence de travailler ensemble sur ce projet.

Et vous Sébastien, qu’est ce qui vous a plu dans cette œuvre ?

J’aime beaucoup l’univers de Roxane, plein d’humour et aux personnages attachants. Ici, ce qui m’a plu, c’ est le personnage d’Ali qui malgré lui va devoir s’accepter tel qu’il est et au final découvrir sa vraie nature. Je trouve ce thème très actuel, face aux modèles qu’on nous impose à travers les médias, la mode, etc, ou que nous nous imposons nous même, il est bon de se retrouver et être simplement soi.

Quelles ont été vos sources d’inspiration ?

Elles sont très diverses — et même si elles ne sautent pas aux yeux —, pour cet album j’avais en tête les personnages des cartoons américains de la cartoon Network comme « GumBall » par exemple. Mais aussi « Bernard et Bianca » pour le bateau …

Ce n’est pas le premier livre sur lequel vous œuvrez aux Editions SYEL, travaillez-vous toujours de la même manière ?

Oui, je travaille toujours de la même manière en ce qui concerne la construction de l’album à savoir : le découpage, le rythme entre les pages et la mise en scène dans les illustrations. Pour ce qui est de la réalisation des images, tout dépend du genre de l’histoire, je travaille en « tradi » ou en numérique ou encore je mélange les deux techniques. Quoiqu’il en soit je commence toujours par un rough (croquis), puis un crayonné plus précis de mon dessin et enfin je trace la ligne finale.

Merci à vous deux

Partager sur