05
Décembre
2017

Littérature du premier âge

Bonjour Isabelle et Kurios, vous venez aujourd'hui nous présenter deux ouvrages conçus en collaboration : La Petite Salopette et Mon Seau.

Isabelle Provost, vous êtes à l’origine du texte de ces deux histoires, pouvez-vous nous les présenter ?

La petite salopette est une histoire écrite sur le principe du conte de randonnée. Une petite salopette cherche un bébé et se retrouve, au fil des pages, dans les tiroirs remplis des habits de toute la famille jusqu’au moment où... C’était une façon de visiter avec humour la thématique de la famille et plus principalement celle de l’arrivée d’un nouveau-né par le biais, assez insolite mais connu des enfants, du vocabulaire vestimentaire.

Mon seau est destiné aux tout-petits. Ce récit retranscrit, avec peu de mots pour laisser place à la rêverie, tout le monde imaginaire de l’enfance ou comment un simple objet peut se transformer au gré des envies et contenir mille histoires différentes.

D’où provient vient votre inspiration ?

De mon entourage que j’observe avec un regard d’enfant. La petite salopette est née devant une vraie petite salopette d’enfant qui, avec ses bretelles, ses boutons et sa grande poche ventrale, s’est transformée en personnage dans mon esprit. J'ai fait part de mon envie de lui donner vie à Kurios, illustrateur avec qui je partage plusieurs ouvrages et qui sait parfaitement mettre mes mots en images, et le projet était né !

Quant au seau, il suffit de regarder un enfant jouer sur la plage pour avoir la suite des histoires de roi, pirate, cuisinier… possibles autour de cet objet.

Pensez-vous que c’est une étape primordiale pour l’évolution d’un enfant d’être, très tôt, initié à la littérature ?

C'est une étape essentielle. J'ai inscrit mes propres enfants à la bibliothèque de mon quartier alors qu’ils n’avaient pas un an !

Lire des livres aux tout-petits s’inscrit dans un partage, une ouverture au langage. Les histoires illustrées sont source de rêverie, de plaisir, de réconfort et de réflexion. Elles permettent aux enfants de nourrir et développer leur imaginaire, leur curiosité et leur créativité.

Kurios, illustrateur de ces ouvrages, comment s’est déroulée la collaboration avec Isabelle ?

Ce qui me plait dans le fait de travailler avec Isabelle c'est de savoir que je me mets au service d'un beau texte, bien écrit, bien rythmé et que j'ai sa confiance. Quand enfin je les vois, je lui propose ma vision des personnages qu'elle critique, ensuite mes croquis pour qu'elle voit comment j'imagine le lien texte/image et une fois d'accord je dessine et lui montre au fur et à mesure de l'avancement. Tout se déroule simplement.

Selon vous, quels sont les points importants quand on illustre pour un public aussi jeune ?

Il faut que les images soient simples, efficaces, sans trop de parasites. Elles doivent se lire et se comprendre très facilement pour pouvoir servir d'appui à la lecture. Elles sont un complément ludique, coloré et joyeux ! De fait contrairement à d'autres projets ici les décors sont réduits à leur plus simple expression pour que l'attention se focalise sur les protagonistes de l'action contenue dans le texte !

Avez-vous d’autres projets en prévision avec Isabelle ?

Il me faut trouver les personnages d'autres histoires d'Isabelle et ça se précise.

Merci à vous deux.

Partager sur